Les meilleurs endroits à ne pas rater pendant le voyage en Bolivie

Les meilleurs endroits à ne pas rater pendant le voyage en Bolivie

La Bolivie est une destination de rêve et d’aventure. Il possède d’innombrables attraits touristiques. En outre, ce pays est réputé pour la diversité de ses paysages, ses sites archéologiques et ses merveilles de la nature. Le Salar d’Uyuni, le Tiwanaku et le parc national de Torotoro sont parmi les meilleurs endroits à découvrir.

Le Salar d’Uyuni, un site incontournable lors d’un voyage en Bolivie

Salar d’Uyuni se situe dans le département de Potosie, au sud-ouest de la Bolivie et perché à environ 3 600 mètres d’altitude. Il s’agit du désert de sel le plus vaste du monde avec une superficie de plus de 10 500 km2. La disparition d’un lac préhistorique a formé la croute de sel la plus grande du monde qui recouvre ce Salar. La quantité de sel présent dans cet endroit est estimée à 60 milliards de tonnes. A certains endroits, la profondeur du gisement peut aller jusqu’à 120 mètres. C’est pour cela que cette zone est une source de richesse infinie. Ajoutant à cela, ce désert de sel contient les plus grandes réserves de lithium au monde.

Le Salar d’Uyuni est un des plus beaux endroits à découvrir en Bolivie. On peut traverser ce désert de sel quelle que soit la période. À bord d’un 4×4, le blanc aveuglant, à perte vue, fascine les promeneurs. Les paysages y sont à couper le souffle. En descendant du véhicule, c’est tellement merveilleux de sentir le sel craquant sous les pieds en dessinant de magnifiques plaques géométriques. Il ne faut pas oublier la protection solaire et les lunettes noires, car la luminosité y est extrême. Pendant la visite du Salar d’Uyuni, les visiteurs ne doivent pas manquer de découvrir l’île d’Incahuasi. Celle-ci se situe au milieu du Salar et s’étend sur une superficie de 24 hectares. Elle se compose de roches calcaires montrant des restes de coraux et de coquillages marins. On y découvre des cactus géants qui peuvent atteindre plus de 10 m de hauteur.

Partir à la découverte du site archéologique de Tiwanaku

Le site archéologique de Tiwanaku se situe à 15 km du lac Titicaca et à 65 km de La Paz. Il fut l’épicentre de la civilisation précolombienne Tiwanaku. Celle-ci connut effectivement son apogée entre le VIIIᵉ et le XIᵉ siècle. Son territoire contrôlé se serait étendu jusqu’au nord du Chili et au sud du Pérou. La civilisation tiwanaku affiche une grande maîtrise de la taille de la pierre et une architecture préfigurant celle des Incas. Lors d’un voyage en bolivie, il ne faut pas manquer de visiter ce somptueux site archéologique. Tiwanaku signifierait « la pierre au centre ». Ce nom s’explique par l’organisation de la cité sacrée. Celle-ci a été construite en hauteur avec de multiples terrasses et terre-pleins centraux. Par ailleurs, le site archéologique de Tiwanaku fut inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2 000.

La visite de ce site permet aux touristes d’observer plusieurs ensembles archéologiques. Ceux-ci incluent la pyramide d’Akapana. Il s’agit du plus grand édifice du site mesurant environ 18 mètres de hauteur et composée de sept plates-formes. Ces derniers sont séparés par des murs sculptés. D’un côté, au sommet de cette pyramide, il est possible d’apercevoir le lac Titicaca et le sommet d’Illimani. De l’autre, au nord de cette pyramide, on découvre le temple Kalasasaya. En effet, celui-ci est lié à l’astronomie et particulièrement au soleil. Les chercheurs ont remarqué que le soleil se lève au centre de la porte d’entrée du temple lors des équinoxes. De là, les Tiwanakus calculèrent avec une grande exactitude les 365 jours d’une année. De plus, à l’intérieur du temple, on découvre des statues d’un seul bloc de pierre.

Explorer le parc national de Torotoro lors d’un séjour en Bolivie

Situé au sud-est de la ville de Cochabamba, le parc national de Torotoro est un site immanquable de la Bolivie. Il a été créé en 1 989 pour protéger la race du Paraba Frente Roja, une espèce d’Ara au front rouge. Ce parc s’étend sur 165 km2 et se trouve entre 1 900 et 4 000 m d’altitude. Il appartient à la partie Est de la Cordillère orientale des Andes, connu aussi sous le nom de vallées centrales. Son nom Torotoro est tiré du terme quechua Thru Thru signifiant boue. Ceci est en référence avec la terre humide dans laquelle des dinosaures ont laissés des traces. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est reconnu comme un site paléontologique de premier ordre.

Le parc national de Torotoro abrite une multitude de sites naturels et patrimoines qui méritent d’être découverts. Les routards y découvrent les traces de dinosaures fossilisées dans la pierre. Ils peuvent également visiter le majestueux canyon de Torotoro et les chutes El vergel. Il s’agit d’un ensemble de chutes et de bassins côtoyés par une verdure flamboyante. En y faisant un tour, on profite du calme et de la fraîcheur du lieu. Il ne faut surtout pas manquer de découvrir la caverne d’Umajalanta. En effet, celle-ci est un paradis pour les amateurs de la spéléologie. Il s’agit d’une exploration de la grotte la plus profonde de Bolivie.

Par ailleurs, découvrez autrement la Costa Rica en effectuant un séjour linguistique.

mel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.